Prélèvements par la pêche

Pêche professionnelle fluviale

Mis à jour le 23 août 2017


- État 2016 non défini : manque d’éléments pour définir des seuils.
- Tendance 2016 stable : pas de captures par les pêcheurs professionnels fluviaux de Charente-Maritime.
État et tendance validés par le groupe général Tableau de Bord le 21 mars 2017.

Espèce / stade visé :

Lamproies marines / géniteurs en montaison

La pêche professionnelle fluviale de lamproie marine sur le bassin versant de la Charente est assez faible de part le nombre peu important de pêcheurs professionnels (13 en 2012). La lamproie marine est peu consommée localement, contrairement en Garonne-Dordogne.

Objectifs :

Il s’agit de suivre le nombre de pêcheurs professionnels fluviaux ainsi que les captures annuelles de lamproies marines par la pêcherie professionnelle fluviale locale.

Détails du suivi :

Le suivi se fait par la récupération des données de captures auprès de l’organisme responsable de la collecte des données, l’ONEMA avec le Suivi National des Pêcheurs aux Engins (SNPE). Cependant, en l’attente de ces résultats, les données fournies par le Conseil Général de la Charente-Maritime pourront être utilisées.

Le nombre total de pêcheurs professionnels fluviaux est aussi suivi ainsi que le nombre de ces pêcheurs capturant spécifiquement la lamproie marine.
En France, les déclarations révèlent l’existence de 8 secteurs où les lamproies sont pêchées : La Loire (moyenne, aval et estuaire), la Charente, les estuaires girondins, la Dordogne aval, l’Adour et la Saône amont. Les deux secteurs à faible déclarations sont la Charente et la Saône amont (1 kg).

En Charente-Maritime, la pêche professionnelle fluviale sur le domaine public fluvial (DPF) a été transféré au Conseil Général 17. Ce DPF transféré va de Tonnay-Charente jusqu’au Port du Lys, limite avec le département de la Charente.
La pêche professionnelle fluviale est autorisée de la confluence avec la Boutonne (Carillon) jusqu’au Port du Lys, en 3 lots de pêche :
-  Lot C : de la confluence avec la Boutonne jusqu’à l’aval de St Savinien. 9 pêcheurs y étaient inscrits en 2014.
-  Lot B : de l’amont St Savinien jusqu’à l’aval Port d’Envaux (PK 43,5), puis de l’amont Port d’Envaux (PK 41,5) jusqu’à l’aval de Taillebourg (PK 40) puis de l’amont Taillebourg (PK 38) jusqu’à l’aval de Saintes (PK 30,9).
-  Lot A : de l’amont de Saintes (Les Gonds PK 23,7) jusqu’au port du Lys.

Le Conseil Général de la Charente-Maritime est propriétaire et gestionnaire de ce DPF :
- il détient le droit de pêche sur ce domaine
- délivre les licences de pêche
- délivre les agréments pêcheurs professionnels sur son domaine
- délivre les autorisations d’occupation du domaine (appontement...)
- exerce la police de conservation du domaine

Sur ce même domaine, l’Etat (ONEMA et DDTM) :
- fixe les règles de la police de la pêche (ARP...)
- exerce la police de la pêche

Réglementation de la pêche professionnelle fluviale de lamproie marine :
Pêche autorisée en Charente-Maritime (aux engins et filets uniquement) du 1er décembre au 15 mai (document en bas de page et ici).

Nombre de pêcheurs :
Le nombre de pêcheurs totaux sur le bassin de la Charente est de 13 en 2012. En 1997-1998, ils étaient 37 pêcheurs, puis 10 à partir de 1998. La pêche professionnelle fluviale concerne uniquement le département de la Charente-Maritime. Ces pêcheurs sont représentés par l’AAIPPBG (Association Agréée Interdépartementale des pêcheurs professionnels en eau douce du bassin de la Garonne).
Concernant les grands migrateurs, les pêcheurs capturent surtout la civelle pour la plupart (2/3) mais aussi l’alose feinte, la grande alose avant le moratoire (2008) et l’anguille jaune. Ils pêchent aussi des carnassiers (sandre, brochet...) et des mulets.
Le nombre de pêcheurs capturant la lamproie marine est de 0 en 2012. Il y en avait uniquement 1 en 2011.
La capture de cette espèce se fait à la nasse ou au filet dérivant.

Résultats :

Données de captures fournies par le département de la Charente-Maritime :

Captures de lamproies marines (par année) par les pêcheurs professionnelles fluviaux en 17
Année 2013 2014 2015 2016
Captures lamproies marines (kgs) 70 0 0 0

Données de captures fournies par le SNPE (ONEMA) :
2003 à 2013 :
Début 2014, nous avons pu récupérer auprès du Suivi National des Pêcheurs aux Engins (SNPE) de l’ONEMA, le bilan des captures des professionnels fluviaux de 2003 à 2013 sur la Charente (bassin versant).

JPEG - 42.8 ko

On observe des années sans pêcheurs déclarants et sans jours de pêche. Précisons que cela indique uniquement qu’il n’y a pas eu de déclarations mais pas qu’il n’y a pas eu de captures non déclarées.

Les deux espèces de lamproies migratrices (marine et fluviatile) ne sont pas distinguées. Le nombre de déclarations et de captures sont peu nombreuses avec uniquement 1,7kg capturé en 2005 pour 4 déclarations.
Ce résultat semble cohérent dans la mesure où les pêcheurs professionnels fluviaux sur la Charente pêchent très peu la lamproie car ils ne trouvent pas de débouchés pour la vente. Seul un pêcheur réalisait des captures pendant cette période et il a arrêté en 2009 (com. pers.).

Note : Ces données n’ont pas encore été traitées et synthétisées par l’ONEMA. Aucun travail n’a pour le moment été réalisé pour compenser le fait que les pêcheurs peuvent déclarer le poids et ou la taille. Il faut noter toutefois que sur les espèces concernées ici, les déclarations de captures sont très majoritairement faites en kg.

1999 à 2002 :
Nous avons récupéré les données de captures moyennes sur la Charente et ses affluents grâce au bilan de 1999 à 2002 réalisé en 2004 par le SNPE. Ce rapport fait le bilan des captures françaises de 1999 à 2002 avec une estimation des captures totales d’après les déclarations des pêcheurs.
En comparaison, nous avons listé les captures moyennes annuelles réalisés en Adour et dans les estuaires girondins.

Captures moyennes par an de 1999 à 2002 (kg)
Zones Charente et affluents Estuaires girondins Adour
Lamproies sp. 2 65 300 7 400

Choix de la tendance et de l’état de la variable :

Tendance :
Tendance constante.

État :
Étant donné qu’il y a eu aucune déclaration de captures en 2012, on peut considérer que ce descripteur est "bon" pour l’espèce (=vert).
La pression de la pêche professionnelle fluviale n’a aucun impact négatif sur la population local de lamproie marine.

Données historiques et référence :

En attendant le prochain bilan de synthèse du SNPE, on utilisera les données de 2003 à 2012.