Population

Etat sanitaire (fluviale)

Mis à jour le 5 juillet 2016


- État 2015 moyen : idem 2013 car pas de suivi en 2014. D’après la note donnée par l’analyse des 4 pathologies externes DELT (Elie et Girard, 2010) observées sur les anguilles en 2015 pêchées à l’électricité (4 stations considérées).
- Tendance 2015 stable : idem 2013 car pas de suivi en 2014. Etat 2015 = Référence 2010-2011 (sur les stations considérées)
État et tendance donnés par la Cellule Migrateurs et validés par le groupe général Tableau de Bord le 9 février 2016.

Espèce / stade visé :

Anguille / civelles-anguillettes-jaunes-argentées

Objectif :

Il s’agit de suivre l’évolution de l’état sanitaire des anguilles sur le bassin versant de la Seudre.

Détails de l’indicateur :

Il correspond uniquement à l’importance de certaines pathologies externes observées sur les anguilles lors des suivis expérimentaux.

On utilisera pour 2015, les résultats du suivi par pêches électriques organisé par la Cellule Migrateurs dans le cadre du suivi de la colonisation des jeunes anguilles en amont de la limite de marée dynamique (Ribérou à Saujon) (voir le descripteur Etat de colonisation 2012)
Les résultats du suivi de la passe-piège à anguilles de Ribérou (Saujon) réalisé par la Fédération de Pêche de Charente-Maritime seront inscrits pour information mais non pris en compte pour l’instant. Les observations des pathologies externes sur les anguilles en montaison à la passe de Saujon sont réalisés sur au moins 30 échantillons à chaque passage sur le site, c’est à dire presque quotidiennement entre février et juillet selon l’année (voir le descripteur Effectif en montaison 2012).

Un bilan sanitaire externe de chaque individu est réalisé grâce la grille du code pathologique mise en place par l’ONEMA (BEAULATON L. et al, 2009) adaptée d’un travail élaboré par l’IRSTEA (GIRARD P. et al, 2007) (voir fiche Etat sanitaire).

De plus, un « code pathologie » a été mis en place par Pierre ELIE et Patrick GIRARD pour renseigner un indicateur écopathologique. Les altérations anatomo-morphologiques des anguilles ont été recensées avec leurs principales causes potentielles (voir Etat sanitaire en cours d’eau 2012). Parmi ces altérations, 4 anomalies externes ont été choisies pour représenter au mieux l’état sanitaire global d’une population. Ce sont les déformations, les érosions, les lésions et les tumeurs. D’après la proportion d’une de ces 4 anomalies sur les échantillons de population diagnostiquée, une interprétation a été proposée.

L’état sanitaire global est la moyenne des pourcentages d’anguilles avec une des 4 pathologies listées, sans prendre en compte les érosions de classe 1 (com. pers. Pierre ELIE).

Résultats :

Suivi jeunes anguilles par pêches électriques :
En 2015, 6 stations ont été prospectées sur 7 en 2010 et 2011. La station "Chatelard" n’a pas été pêchée car le niveau d’eau était trop haut.
La référence a été définie en réalisant le bilan des 2 années 2010 et 2011 (moyenne) voir Etat sanitaire en cours d’eau 2012.

JPEG - 103.8 ko

Il a été choisi de ne pas prendre en compte les stations sur lesquelles moins de 30 individus ont été échantillonnés car cela n’est pas représentatif de la station (Com. Pers. Pierre Elie). Les résultats finaux sont compilés dans le tableau ci-dessous.

JPEG - 87.4 ko

On constate que seulement 3 stations sont comparables entre la référence et 2015. On considérera donc cet indicateur comme moyen et stable en comparaison avec l’année antérieure suivie (référence).

Suivi sanitaire annuel de la passe de Ribérou à Saujon :
Les résultats des 4 années de suivies ont été rassemblés dans le tableau ci-dessous.

Etat sanitaire des anguilles de 2010 à 2013 à la passe-piège de Saujon
Années 2010 2011 2012 2013
Proportion d’individus avec une ou plusieurs des anomalies externes du DELT 0,65% 0,02% 0,78% en cours d’analyse

Discussions :

On distingue une différence très importante entre les résultats observés à la passe et ceux provenant des pêches électriques en amont. Les états sanitaires externes sont inférieures à 1% sur les 3 premières années de suivi de la passe alors qu’ils sont toujours supérieures à 1% en moyenne annuelle en pêches électriques.
Il est possible que les civelles et anguillettes acquièrent des pathologies externes au cours de leur remontée de la Seudre en partie fluvial, ce qui expliquerait l’augmentation du pourcentage. En milieu salé, les anguilles sont moins sujettes aux infections grâce à la présence de sel dans l’eau qui limite la prolifération des champignons et bactéries, notamment.
Néanmoins, il faut préciser que les observations ne sont pas faites sur le même nombre d’individus.

Nombre d’anguilles échantillonnées de 2010 à 2013 en Seudre amont et à la passe de Saujon
Nombre d’anguilles échantillonnées 2010 2011 2012 2013
Pêches électriques : Seudre amont 211 517 - 331
Passe-piège : Saujon 2 281 3 363 5 758 en cours

A noter : un biais peu être introduit selon les observateurs qui réalisent l’échantillonnage et la distinction des pathologies éventuelles.

Données historiques et référence :

  • Seudre amont : Il n’y a pas de données historiques étant donné que le suivi en pêches électriques de ces stations n’a commencé qu’en 2010. On se base sur un auto-référencement qui est le bilan des 2 années 2010-2011.
  • Passe-piège : les premières informations disponibles proviennent du premier suivi réalisé en 2010.

Fournisseurs de données :

La Cellule Migrateurs organise et participe aux pêches électriques. Elle saisi ensuite les données et les analyse.
La Fédération de pêche de Charente-Maritime réalise le suivi à la passe de Saujon et traite les données. Elle fournit ensuite les informations à la Cellule Migrateurs.