Population

Stock en place d’anguilles jaunes en marais salé

Mis à jour le 5 octobre 2017

Le suivi a été réalisé en 2016.


- État 2016  : Etat mauvais car inférieur aux valeurs historiques de 500 kg/ha.
- Tendance 2016 à la hausse : Biomasses en fossés légèrement supérieures à 2014.
État et tendance valisés par le groupe de travail général le 21 mars 2017.

Les principaux résultats en un clin d’œil ! :

Espèce / stade visé :

Anguille / jaunes-argentées

Objectif :

Il s’agit de suivre l’évolution du stock en place des anguilles jaunes (et argentées) (>25 cm) en fossés à poissons des marais salés de la Seudre. Pour cela, on comparera, tous les 2 ans, au printemps, les densités (nombres) et les biomasses (kgs) d’anguilles observées en filet (verveux).

Détails de l’indicateur :

Les suivis par pêche sont effectués dans des fossés à poissons pour répondre initialement (2010) à une demande de certains propriétaires de fossés voulant connaître la recolonisation des anguilles après désenvasements des fossés et réhabilitation des ouvrages d’entrée/sortie d’eau. Une première étude (Cellule Migrateurs, 2012) a montré que la recolonisation se faisait en 2 ans pour atteindre voir dépasser les densités observées avant curage. Les bilans des suivis sont disponibles dans les rapports annuels de la Cellule Migrateurs (Espace téléchargement).

Pêche au verveux :
Les pêches sont réalisés grâce à verveux double nasse de maille 6mm, en juin sur 1 semaine, tous les 2 ans (en alternance avec les suivis par pêches électriques effectués sur les bassins de la Charente et de la Seudre).
Les engins sont placés à raison d’1 verveux pour 100 mètre linéaire de fossés ils sont laissé 1 nuit par site et relevé le lendemain.
La maille de 6 mm ne permet pas d’avoir une information significative sur les anguilles de moins de 25 cm car ces petits individus traversent les mailles (Baisez, 2001). Cependant, cette maille a été choisie pour éviter les mortalités en verveux. img267|left>

Les fossés :
Tous les 2 ans, 8 à 10 fossés sont pêchés la même semaine.

JPEG - 70.4 ko
Carte des 8 fossés pêchés en 2016 sur le marais salé de la Seudre

Les observations des anguilles :
Les anguilles sont ensuite comptabilisées, mesurées, observées (pathologie externe) puis stockées en bourriches avant remises à l’eau à la fin de l’étude.

Un bilan sanitaire externe de chaque individu est réalisé grâce la grille du code pathologique mise en place par l’ONEMA (BEAULATON L. et al, 2009) adaptée d’un travail élaboré par l’IRSTEA (GIRARD P. et al, 2007) (voir Etat sanitaire Anguilles jaunes (marais salé)).

Résultats :

Nombre moyen d’anguilles capturé par verveux :
Le nombre moyen d’anguilles capturés par verveux en 2016 était de 67 (écart type de 53)(sur 8 fossés avec un total de 2 486 anguilles pêchées et 39 unités de verveux posés (1 unité correspond à 1 verveux posé 1 nuit).

Estimation des densités et biomasses d’anguilles par fossé :
Une comparaison des densités et biomasses estimées a été réalisée entre 2007 et 2016 sur différents fossés à poissons.

JPEG - 27.6 ko
Biomasses moyennes d’anguilles estimées entre 2007 et 2016 (n = nombre de fossés échantillonnés, points bleus = mini et maxi, croix rouge = moyenne)

Les biomasses moyennes varient entre 100 et 230 kg/ha entre 2007 et 2016. Cependant, il faut relativiser ces résultats dans la mesure où les fossés sont très différents les uns des autres notamment en ce qui concerne la hauteur de vase et d’eau (curage ancien ou non). Les écarts types sont aussi très importants à partir de 2011. On ne peut pas discerner de variation annuelle mais on observe néanmoins une différence entre les données du groupe 2007-2008-2010 et celles de 2011 à 2016.
Plus d’informations dans l’Espace téléchargement à "Autres publications" ou directement ici

Référence :

La référence utilisée est la densité moyenne historique observée dans les années 60-70 qui était autour de 500 kg d’anguilles jaunes par hectare de fossés à poissons..

Anguilles argentées :

Lors des mesures des anguilles, on observe si elles sont argentées ou non, notamment par la mesure de l’œil et de la pectorale (Durif, 2003).
Peu d’anguilles sont argentées dans ces fossés à poissons (moins de 5%). En moyenne, sur l’ensemble des fossés de 2016, le pourcentage d’anguilles argentées était de 0,6% (6 argentées sur 931 anguilles observées).
Ci-dessous, les pourcentages par fossés et par année.

PNG - 3.2 ko
Seuils de distinction des niveaux d’argenture (définis par la Cellule migrateurs).

Fournisseurs de données :

La Cellule Migrateurs organise et participe aux pêches aux engins passifs. Elle saisie ensuite les données et les analyse.
Les rapports complets 2016 et 2010-2014 sont consultables dans l’Espace téléchargement à "Autres publications" ou directement ici