Population

Effectif en montaison à Saujon

Mis à jour le 6 juin 2016


- État 2015 non défini : Référence en cours d’élaboration
- Tendance 2015 à la baisse : Remontées un peu moins importantes en 2015 en comparaison avec 2014 sur la même période de suivi.
État et tendance donnés par la Cellule Migrateurs et validés par le groupe général Tableau de Bord le 9 février 2016.

Espèce / stade visé :

Anguille / civelles-anguillettes-jaunes

Objectif :

L’objectif est d’évaluer et de suivre d’année en année l’état du stock en montaison sur le domaine fluvial. Cela correspond au suivi du recrutement fluvial. Pour cela, il est nécessaire de disposer d’un système qui permet de quantifier le passage des anguilles. Cet effectif en montaison peut être calculé et estimé grâce à une station de comptage ou une passe à anguilles.
L’objectif est d’assimiler ce descripteur au nombre d’anguilles qui traversent la passe du barrage de Ribérou, à Saujon, à la limite entre le domaine maritime et le domaine fluvial. Cet ouvrage permet d’éviter les entrées d’eau salée de l’estuaire vers l’amont du bassin.

Détails du descripteur :

Une passe à anguilles a été construite en 2009 sur le premier barrage situé au port de Ribérou à Saujon. La passe permet la montaison des civelles, anguillettes et anguilles jaunes par une rampe en pente douce couplée avec un substrat de type brosse humide adapté à l’espèce. Les anguilles utilisent leur capacité de reptation pour franchir l’ouvrage. L’amont de la passe dispose d’un piège permettant d’évaluer et de caractériser les stocks d’anguilles migrantes.
Depuis 2010, la FDAAPPMA de Charente-Maritime assure le suivi du piège. La Cellule Migrateurs intervient en appui technique.
Le suivi journalier en période de migration consiste en premier lieu à séparer les anguilles en trois classes de taille (civelles, anguillettes et anguilles) grâce à des bacs trieurs. Après la pesée de l’ensemble des anguilles de chaque stade, 30 individus sont échantillonnés et anesthésiés afin de les mesurer, les peser et de vérifier leur état sanitaire. D’autre part, des paramètres environnementaux tels que la température de l’eau et de l’air, le débit, et les coefficients de marée sont relevés dans le but de déterminer les facteurs pouvant influencer l’intensité de migration.

Résultats :

Depuis 2010, la période de suivi de la passe a augmenté pour doubler en 2 ans. La FDAAPPMA17 a pu au fur et à mesure obtenir un suivi de plus en plus tôt dans la saison et ainsi permettre d’optimiser l’observation globale des montaisons de civelles.

Tableau : Résultats du suivi anguilles à la passe de Saujon de 2010 à 2015 d’après la Fédération de Pêche 17
Années 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Durée du suivi 85 jours 130 jours 177 jours 182 jours 132 jours 124 jours
Période du suivi 15 avril - 15 juillet 8 mars - 5 août 15 février - 9 août 23 janvier - 24 juillet 9 avril - 18 août 23 mars - 24 juillet
Nombre de relevés (observation piège) 78 111 138 137 84 69
Taille moyenne des civelles uniquement 68,4 mm 67,6 mm 66,7 mm 70,1 mm 67,9mm -
Poids total capturé (civelles-anguillettes-anguilles jaunes) 23,78 kg 27,28 kg 83,25 kg 173,9 kg 22,7 kg 24 kg
Poids moyen des captures par relevé 0,33 kg 0,25 kg 0,60 kg 1,27 kg 0,28 kg 0,4 kg

Discussions :

En 2015, des problèmes techniques liés à la pompe d’injection d’eau pour le débit d’attrait ont entraîné un arrêt du suivi durant 21 jours.
Comme les autres années, l’analyse de la montaison en fonction des variables environnementales met en évidence une influence combinée des valeurs élevées de coefficients de marée et de températures.

Données historiques et référence :

Les premières informations disponibles proviennent du premier suivi réalisé en 2010. La référence n’est pas encore établie et se fera par la suite sûrement à partir de la moyenne des valeurs disponibles.

Fournisseurs de données :

La Fédération de pêche de Charente-Maritime réalise le suivi à la passe de Saujon et traite les données. Elle fournit ensuite les informations à la Cellule Migrateurs.