Population

État de colonisation des anguilles sur l’axe Charente

Mis à jour le 5 juillet 2016


- État 2015 non défini : Pas de référentiel actuellement.
- Tendance 2015 à la baisse : En comparaison avec 2013, le front de colonisation (D50) des moins de 10 cm a diminué en 2015.
État et tendance validés par le groupe général Tableau de Bord le 9 février 2016.

Espèce / stade visé :

Anguille / Anguillettes

Objectif :

Suivre la répartition des anguilles de moins de 10 cm le long de l’axe Charente afin d’identifier les fluctuations de la colonisation du bassin selon le principe de migration densité-dépendant (plus la densité d’anguilles recrutées en aval du bassin augmente, plus le front de colonisation se déplace vers l’amont).
Le suivi dans le temps de cette limite amont de répartition des « jeunes » stades d’anguilles semble constituer un bon indicateur de la tendance du recrutement fluvial en relation avec la mise en place de solutions de gestion adaptées pour l’espèce.

Détails du suivi :

Face à la difficulté technique de collecter cette information directement sur l’axe principal au regard des dimensions de la Charente, la méthode retenue consiste à surveiller l’évolution de cet indice d’abondance de la population, par 100 m² de faciès favorable (radier, plat courant), en pied de premier obstacle, sur de petits affluents directs à la Charente.
Pour récupérer cette information, la Cellule Migrateurs organise, avec le soutien des FDAAPPMA, un réseau d’inventaires par pêches électriques sur un ensemble d’une vingtaine de stations réparties de façon homogènes sur l’axe.
En 2015, un suivi complémentaire à l’aide d’engins passifs (flottangs) (habitats artificiels) a été réalisé pour augmenter le réseau d’échantillonnage.

La période d’intervention, fin juin / début juillet, correspond à la période de migration la plus importante des jeunes anguilles sur le bassin (phase de colonisation) ce qui permet d’avoir en quelque sorte un bilan de « l’année de migration ».



Pêches électriques avec la FDAAPPMA16 (à gauche) et la FDAAPPMA17 (à droite)



Cliquez sur la vignette ci-dessous pour voir la carte des sites de prospections en pêches électriques en 2015 :
JPEG - 321.3 ko
Carte des sites de pêches électriques et de pose de flottangs en 2015

Ce protocole est d’ores et déjà appliqué sur les bassins Garonne et Dordogne depuis 2005 par MIGADO et l’IRSTEA. De plus, ce réseau fait partie des outils de suivi développés dans le cadre de la mise en place d’indicateurs pour l’anguille du programme européen INDICANG (LAFAILLE P., RIGAUD C., 2008. Indicateurs de colonisation et de sédentarisation in ADAM G. et al,. 2008).

Résultats :

L’analyse regroupant les 3 premières années de suivi (2009 à 2011)(État de colonisation 2011) a été réalisé pour établir une référence à laquelle nous pourrons comparer les années ultérieures d’ici quelques années pour définir un état à cette variable.
Les distances utilisées dans les analyses sont celles entre la station d’échantillonnage et la limite de marée dynamique (LMD) à 80 km de l’Océan (Chaniers). Les stations soumises à la marée dynamique sont donc à une distance nulle de la LMD comme la station du Bruant ou du Rochefollet.


Pour les coefficients inférieurs à 70, la limite de la marée dynamique est constituée par le barrage de Saint-Savinien (environ 45 km de l’océan). Au-delà des coefficients de 70, la marée dynamique se fait ressentir jusqu’au moulin de Chaniers sur la commune de Chaniers (environ 80 km de l’océan) et par condition exceptionnelle de marée et de débit de la Charente, elle peut se faire ressentir jusqu’en aval du barrage de Crouin sur les communes de Cognac/Merpins (environ 100 km de l’océan). Cette marée dynamique correspond à une augmentation du marnage du au freinage de l’écoulement provoqué par la marée haute dans l’estuaire.

Présence des individus inférieures à 10 et 15 cm :
D’après les données des pêches électriques et des relèves des engins passifs (flottangs), on a estimé :

  • la probabilité de présence de 50% (D50) de capturer des anguilles <10 cm et <15 cm en fonction de la distance à la limite de la marée dynamique (LMD) qui se situe à Chaniers à 80 km de la mer.
D50 sur le bassin de la Charente par rapport à la LMD (km)
Taille des anguilles <10cm <15cm
Référence 2009-2010-2011 6,6 65
2013 48,7 73,5
2015 34,5 73,5

Les calculs de la D50 ont été réalisés à partir des résultats des pêches électriques. Si on utilise en plus ceux des engins passifs, on observe les mêmes D50. Ces résultats sont donc considérés comme représentatif.

  • la distance de disparition des anguilles <10 cm et <15 cm qui correspond à la distance de la LMD à la dernière station prospectée pour laquelle au moins 1 anguille de ces deux tailles respectives a été retrouvée.
Distances de disparition des anguilles par rapport à la LMD (km)
Taille des anguilles <10cm <15cm
Reference 2009-2010-2011 4 (La Seugne au Moulin de Chantemerle) 78 (La Nouère au Maine au Brun)
2013 29 (La Soloire au Pont de la Furme 69 (La Boëme à Ponthuillier)
2015 29 (La Soloire au Pont de la Furme 69 (La Boëme à Ponthuillier)

Densités des anguilles :
Les résultats des pêches électriques permettent d’établir les densités par stations.

Comparaison des densités d’anguilles capturées entre la Référence 2009-2011 (Rèf), 2013 et 2015 (individus/100 m²)
StationsRéf moyenneRèf miniRèf maxi20132015Evolution 2013-2015
Le Bruant 688 377 1104 817 pas suivi -
La Rutellière 54 32 75 66 30
Le Rochefollet 48 16 79 228 66
L’Escambouille 16 6 25 29 50
La Seugne 71 41 109 1029 338
L’Antenne 41 28 54 74 260
La Soloire 105 85 126 192 212
Veillard - - - pas suivi 63 -
La Boëme 19 13 24 57 21
La Nouère 12 6 18 7 13
L’Argentor 15 15 15 3 5

Conclusions

On constate que la distance à la limite de marée dynamique pour avoir 50% de chance de capturer une anguille de moins de 10 cm ou de moins de 15 cm à augmenté entre 2009-2011 et 2013 puis légèrement diminué en 2015. L’augmentation de 2013, signifiant un recrutement estuarien un peu plus fort, a été corrélé avec une observation plus importante en 2012 et 2013 des captures de civelles par les professionnelles maritimes dans l’estuaire de la Charente (Pêche professionnelle maritime Civelles 2013). Pour la légère baisse de 2015, elle est aussi corrélée avec les pêches maritimes, avec des captures de civelles en estuaire plus faibles pour la saison 2014/2015.

Données historiques :

On se basera dans l’avenir sur un auto-référencement qui est le bilan des 3 années 2009 à 2011.

Fournisseurs de données :

La Cellule Migrateurs organise les inventaires. Elle saisie ensuite les données et les analyse.

Relation avec les mesures de gestion du PLAGEPOMI 2015-2019 :

SB02 : En complément des suivis nationaux, poursuivre le suivi des indicateurs d’état de population d’anguille jaune utiles à la stratégie de gestion locale.
Objectifs : Assurer le suivi de la population d’anguilles jaunes (…) (suivi du front de colonisation et l’évolution de la population) (…) à travers les pêches spécifiques anguille (…).

  • Carte des sites de pêches électriques et de pose de flottangs en 2015