Population

Impact de la température sur les œufs et larves d’aloses

Mis à jour le 22 août 2017


- État 2016 non défini : descripteur non opérationnel
- Tendance 2016 à la hausse : Plus d’impact de la température sur la survie des œufs d’aloses en comparaison avec 2015.
État et tendance validés par le groupe général Tableau de Bord 21 mars 2017.

NOTE ! Cette variable est à lire avec précaution. Si la tendance est à la hausse c’est que l’impact de la température sur les œufs et les larves d’aloses est plus important, c’est donc négatif pour la population.

Objectifs :

Il s’agit de connaître l’impact de la température sur la survie des œufs et des larves d’aloses.

Détails du suivi :

Pour construire cette variable, on s’est appuyé sur la littérature et les seuils déjà identifiés (Jatteau et Charles, 2010). La température est enregistrée sur les trois principales frayères de la Charente (Taillebourg, Crouin, Châteauneuf-sur-Charente).

Résultats :

On a exposé les températures journalières disponibles durant la période de reproduction et de développement des œufs et de larves, pour cette analyse, du 1er avril au 31 août.
Nous disposons des températures à Crouin depuis mars 2010. D’après les travaux de Jatteau et Charles (2010), on a définit des premiers seuils minimales et maximales. On a commencé par prendre les plages de températures pour lesquelles la survie des œufs et des larves sont supérieures à 80%.

Plages de températures pour lesquelles la survie est supérieure à 80% pour les œufs et larves de la grande alose (Jatteau et Charles, 2010)
Œufs 15,5 à 25°C
Larves 11,5 à 27°C
Nombres de jours durant lesquels la température était hors des plages de survie >80% des œufs et larves entre le 1er avril et le 31 août.
Stades 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
Œufs 35 7 39 57 42 18 34
Larves 0 0 0 5 0 0 0

Pour 2016, les températures utilisées sont celles de Châteauneuf sur Charente (très proches de celles de Crouin).
On constate que les températures à Crouin en 2016 ont été un peu moins favorables aux œufs qu’en 2015 avec 34 jours durant lesquels la survie était considérée inférieure à 80% contre 18 en 2015.

œufs :

La température de l’eau n’a pas dépassé les 15,5°C avant le 5 mai et les 17,5°C avant le 7 juin. Avant le 5 mai, la survie des oeufs était inférieure à 80%.

larves :

Pour les larves, la température de l’eau a quasiment toujours été favorable à une survie supérieure à 80%.

Observation des première reproductions en 2016 :
Sur l’axe Charente, les premiers bulls ont été enregistrés le 8 avril à Taillebourg avec une eau à 14,7°C (première nuit des suivis par enregistrements audionumériques). A Crouin, les premiers enregistrements de bulls n’ont pu être réalisés qu’à partir du 21 avril à cause de problèmes techniques. Une légère activité à été observée cette nuit là (11 bulls par quart d’heure au pic d’activité à 2h du matin avec eau proche de 14°C).
La période de reproduction sur le bassin s’est terminée à la fin du mois de juin (eau à 23°C). Une légère activité a été observée à Taillebourg le 13 juillet.
La totalité des frayères suivies en aval de Crouin ont été actives sauf le site du "Bac de Dompierre". Une fois de plus, il a été difficile de mettre en évidence des frayères actives en amont de Crouin, et plus particulièrement en amont de Châteauneuf-sur-Charente.
Plus d’infos sur le suivi des reproductions ici : Effectif de géniteurs.

Données historiques et référence :

Nous ne disposons pas actuellement de référence.
Les données historiques sont les suivis des températures des années 2010 à 2015 pour les frayères autour de Cognac (Crouin).

Fournisseurs de données :

La Cellule Migrateurs réalise le suivi de la température journalière à Taillebourg, Crouin et Châteauneuf-sur-Charente. Elle pose/récupère les sondes enregistreuses et analyse les données.